chantier-maison

Pourquoi effectuer une étude de sol ?

L’étude de sol est une étape essentielle, avant tous les travaux, pour garantir une construction solide. La réalisation des fondations d’un bâtiment dépend étroitement de la qualité de sol et de la nature du sous-sol. Il peut être notamment humide ou non. Également en surplomb ou en contrebas, pentu ou plat tandis que le sous-sol peut être sablonneux, argileux ou en calcaire.

Les fondations sur des sols rocheux (calcaire, granit, schiste, grès) sont bien solides et faciles à réaliser. Par contre, les sols argileux ou un remblai par exemple engagent des fondations spécifiques qui conviendront à leur composition.

Prenons comme exemple l’argile qui est un type de roche imperméable avec une consistance variant en fonction de sa teneur en eau et des variations de volume. Celle-ci se rétracte facilement pendant la période sèche et se gonfle en saison pluvieuse entraînant ainsi des mouvements importants de terrain et de fondations provoquant les fissures des murs.

L’étude de sol est également nécessaire pour vérifier la stabilité du sous-sol et savoir si celui-ci comporte ou non des galeries. Ou encore des carrières ou des nappes phréatiques subaffleurantes. Ces dernières pourraient arrêter le projet de construction. Si le projet de construction doit se poursuivre, le propriétaire doit prévoir un surcoût financier d’environ 12 000 €, voire plus.

Cette étude constitue une procédure permettant de garantir la construction d’une maison. Elle donne la possibilité de faire un diagnostic net et exact de l’état du sol du terrain à construire. Non seulement, elle préconise le type de fondation, mais sécurise également les professionnels du bâtiment. De plus, elle permet au propriétaire de prévoir et de contrôler les frais à engager pour la construction.

 

Quand, une étude du sol est-elle obligatoire ?

Certains particuliers négligent la réalisation de cette étude, car ils ne veulent pas dépenser plus d’argent. Or, celle-ci est très importante pour la détermination du dimensionnement de l’ouvrage selon les particularités du sol et du sous-sol ainsi que la connaissance de la faisabilité du projet.

En outre, il existe le Plan de Prévention des Risques ou PPR qui élabore une carte de zonage réglementaire indiquant les zones de foncier, constructibles, à contraintes spécifiques. Ce sont ces obstacles qui obligent effectivement le maître d’ouvrage à effectuer des études de risque, quel que soit le type de bâtiment à construire.

Ainsi, tout particulier doit vérifier le zonage d’un terrain sur un PPR avant de réaliser telle ou telle construction afin de prémunir tout problème ultérieur. Si une étude du sol s’impose, elle doit se faire en amont des travaux, car son résultat détermine l’obtention on non du permis de construire et de l’assurance dommages ouvrage.

 

Quelles sont les procédures à suivre ?  

Lors d’une étude de sol, les professionnels doivent réaliser diverses procédures d’investigation d’ordre géotechnique, géologique, hydrogéologique pouvant être classiques ou sophistiquées. Ils sont équipés des outils performants pour appliquer certaines démarches :

  • l’observation de manière globale de la parcelle
  • les relevés topographiques
  • les fouilles à la pelle mécanique
  • les sondages au pénétromètre dynamique
  • les analyses d’échantillons au laboratoire
  • la détermination des caractéristiques et de la nature du sol

Ces opérations peuvent être complétées par d’autres recherches géophysiques, entre autres les essais par sondages sismiques et électriques. Ces derniers permettent d’avoir une image continue du sous-sol et de découvrir s’il y a des poches argileuses ou des cavités.

Les résultats ou les données recueillies d’après ces analyses déterminent les recommandations liées aux terrassements, à la construction, au drainage et aux fondations du futur bâtiment. La réalisation d’une étude de sol se réalise en trois étapes :

  • la préparation du dossier utile : il faut fournir des documents cartographiques appartenant uniquement à la parcelle concernée, par exemple un cadastre, des plans.
  • La descente des experts sur le terrain : les spécialistes effectuent l’étude pédologique et la détection des contraintes existantes.
  • Le rapport des études comprenant les éléments administratifs, la filière préconisée, la spécification du sol, une cartographie en couleur et un guide technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *